Contes et légendes suisses

Provenant de divers cantons


Les deux frères

Il y a plusieurs siècles, deux frères qui s'aimaient bien vivaient au bord du Greifensee, un lac du canton de Zurich. Ils étaient pêcheurs et vendaient leurs poissons dans les villages environnants. Vers le soir, ils prenaient chacun leur canot et jetaient leurs filets non loin de la rive. Au petit jour, ils les relevaient et, dans les mailles, on voyait scintiller les écailles des carpes et des brochets. Hansjogg, l'aîné, remarqua un jour que son jeune frère, Hansres, prenait toujours plus de poissons que lui. Et pourtant le cadet avait bien moins d'expérience. De semaine en semaine, il attrapait dans ses filets des poissons de plus en plus gros. Et sa barque était pesamment chargée du produit de sa pêche alors qu'on ne voyait pas la queue d'un poisson dans celle de Hansjogg.
Celui-ci en perdit le sommeil. Il passait ses nuits à se demander pourquoi la chance souriait à son frère alors qu'elle semblait totalement l'abandonner. Il n'était pourtant pas moins actif ni moins habile que Hansres. Et la jalousie le rongeait, quoiqu'il n'eût pas le moindre reproche à adresser à son jeune frère qui partageait loyalement ses gains avec lui pour éviter toute brouille. Oui, on mettait tout en commun, et la paix aurait dû régner au logis.
Mais ce partage fraternel ne pouvait apaiser Hansjogg, toujours plus tenaillé d'envie et de rancune. Il en vint à penser que la chance de son frère était due à une puissance occulte et il décida d'en avoir le cœur net.

des poissons toujours plus gros


Un soir, il se dit malade et, invoquant ce prétexte, il resta à la maison. Mais sitôt que son frère se fut éloigné de la rive, Hansjogg se glissa hors de la chaumière. En évitant d'être vu, il se dirigea vers la petite anse bordée de roseaux où son frère allait pêcher. Posté derrière le tronc d'un vieux saule, il épia son cadet et repéra l'endroit où il s'apprêtait à jeter ses filets.
Quelle ne fut pas sa surprise de voir Hansres se pencher soudain sur le flot tranquille. Et, au même moment, Hansjogg perçut un gargouillement suivi d'un bruissement mystérieux. Quand les eaux furent redevenues calmes, il entendit une voix grave qui disait:
- Ne pêche pas ici! Fais-nous grâce, à moi et aux miens.
Tu ne le regretteras pas. Suis-¬moi et je te récompenserai de nous avoir laissé vivre.
Hansres empoigna les rames, les plongea dans les flots et fit faire un demi-tour à Une traînée d'écume lui montrait le chemin.
Il avança, guidé par une voix mystérieuse qui lui désignait les endroits où il devait lancer ses filets.
Hansjogg sentit monter en lui une violente colère. Son frère avait certainement rencontré l'antique génie des eaux, dont le grand-père leur avait souvent parlé, et qui ne quittait le fond du lac qu'à la veille d'une calamité. Il ne sortait des glauques profondeurs qu'une fois par siècle et ne se montrait qu'à un être pur et sans tache. Hansjogg, aveuglé par la jalousie, jura de chasser le génie des eaux afin qu'il ne puisse plus aider Hansres avec ses sortilèges.

un énorme monstre gris

Le lendemain, il feignit de nouveau d'être malade, tint sa langue et évita d'éveiller la méfiance de son frère. Le soir venu, et dès que Hansres eut détaché le canot de son amarre, Hansjogg prit dans la chaumière un javelot - une ancienne arme qui avait appartenu à un aïeul - et il se dirigea en grand secret vers le vieux saule de la rive. Mais aussitôt qu'il vit, comme la veille, les eaux se soulever, il visa... Et avant que retentît la voix du génie, il lança de toutes ses forces le javelot dans le lac, pour atteindre la traînée écumeuse, à côté de la barque de son frère.
Un énorme monstre gris, à corps de poisson, se dressa brusquement, soulevant le canot au-dessus des vagues. Puis, dans un tourbillon d'écume, le pauvre pêcheur, les filets et la barque disparurent. Hansres, passant par-dessus bord, poussa un dernier cri d'effroi:
- Oh! mon frère, pourquoi as-tu fait cela?
Et aussitôt, il s'abîma dans les flots avec le javelot planté dans son dos ensanglanté.
Hansjogg restait là, pétrifié d'horreur. Il ne parvenait pas à comprendre comment le javelot, détourné par une force mystérieuse, avait pu frapper son frère et non le monstre qu'il avait visé. Poursuivi par des esprits vengeurs, il s'enfuit et regagna, haletant, la demeure déserte.
Cette même nuit, l'ennemi envahit le pays, incendia la chaumière des deux frères, tua Hansjogg le pêcheur et, sans pitié, précipita son corps dans les flots du Greifensee.

Haut de page