Contes et légendes suisses

Provenant de divers cantons

contes suisses


La bague

Dans le temps que le comte Pierre de Gruyères rendit libre la vallée de Charmey, sa parente Mme de Villars eut une bien étrange aventure.
On venait beaucoup se voir, d'un château à l'autre, durant les beaux jours. Et tant que la saison le permettait, on mangeait dehors, on dansait sur l'herbe, on traversait les ruisseaux sur des passerelles de planches, et les seigneurs donnaient la main aux dames, de crainte qu'elles n'aient peur.
Et puis, quand la lune était bien haute, toute petite et toute blanche, on allait enfin se coucher, en courant dans les corridors. Et chacun avait sa chambre très loin de toutes les autres; les jeunes gens là-haut, près des chouettes, et les vieilles personnes en bas, pour n'avoir pas trop d'escaliers à monter.
Et le lendemain la fête recommençait.
Et donc la cousine du comte Pierre, Mme de Villars était une belle personne, imposante, qui parlait plus haut que les autres dames, grondait les jeunes filles, et qui voulait toujours avoir la première place partout.
Et comme elle n'était guère gentille, on la craignait beaucoup, et elle faisait tout ce qu'elle voulait.
Un matin, elle cria bien fort, dès son réveil. On lui avait volé sa plus belle bague. Elle en était sûre, et même, elle connaissait bien sa voleuse: ce ne pouvait être que l'effrontée petite Pernette, sa camériste.
Mme de Villars criait si fort que bientôt son cousin fut là. Et le comte Pierre avait bonne réputation d'homme juste.
- Madame, lui dit-il... si vraiment cette bague vous a été volée, je vous promets bien que justice sera faite, et que sera retrouvée la bague. Encore ne convient-il d'accuser personne légèrement, car c'est alors crime pour un humain.

la bague


Disant cela, il regardait souvent la jeune Pernette, et Pernette pleurait beaucoup. Mais allez savoir pourquoi pleure une fille, et si c'est d'avoir été surprise, et si c'est d'être accusée faussement, et si c'est la honte, et si c'est la peur, ou peut-être la misère d'être seule pour se défendre.
Car Pernette était moins une servante qu'une demoiselle pauvre, de bonne maison, mais orpheline, et le comte Pierre l'avait recueillie en mémoire de son père. Et il ne la croyait pas coupable.
Cependant il fallut bien l'enfermer, en attendant, et c'était mieux pour elle. Car Mme de
Villars se monta si bien la tête tout au long du jour qu'elle aurait rudoyé la jeune accusée, si Pernette n'avait été enfermée dans une tour.
Et le comte Pierre qui sentait quelque chose clocher dans cette histoire ne savait que penser et se promenait seul, les mains au dos. Et tous ses invités parlaient bas, et la fête était comme gâtée, parce que Mme de Villars avait beaucoup crié, et dans cet air léger, plein de sonnailles, les cris avaient blessé la paix du doux pays.
Ainsi marchait le comte Pierre, de plus en plus loin de son beau château, la tête basse et réfléchissant. Car il revoyait le doux visage de la jeune fille accusée, et il savait bien, dans son cœur, que ce n'était pas le visage d'une voleuse. Mais comment le montrer aux autres?
Il arriva, marchant, marchant, auprès d'un oratoire tout pauvre, établi dans une clairière. Et l'ermite à barbe blanche vint vers le beau comte Pierre, qui lui ouvrit son cœur et lui conta sa peine.

- Le bon Dieu est juste, dit l'ermite. Il fera éclater la vérité.
Donc, le comte revint vers ses invités, un peu plus heureux, marchant un peu plus droit. Mais quand il regardait les hautes murailles de son château, il ne pouvait s'empêcher de penser qu'une petite demoiselle, probablement innocente, était retenue prisonnière, tout là-haut dans la tour; et bien qu'il eût donné des ordres: un bon lit, de bons repas... il était malheureux. Il regardait sa belle cousine: « Une bague de plus, une bague de moins, pensait-il... est-ce que cela compte? » Et Mme de Villars se tenait comme une reine, et il pensait: « Il faut que le bon Dieu se hâte de faire éclater la vérité... Sinon, ma cousine se réveillera demain plus décidée, et je crains l'avenir. La soirée fut fraîche, personne n'aurait voulu danser, et il semblait que montât dans la nuit comme un avant-automne de tristesse.

l'ermite

Le lendemain matin, chacun traînait dans sa chambre, bien qu'un joli soleil brillât, quand on entendit crier joyeusement. C'était un petit pâtre qui trottinait devant le vieil ermite. Et l'ermite lui-même marchait du plus vite qu'il le pouvait, dans sa vieille robe brune. Et le petit pâtre portait sous le bras on ne savait quoi, grossièrement abrité de feuilles de gentiane et de branchettes de sapin, comme un paquet de braconnier.
- J'accours, dit l'ermite, parce que j'ai le sentiment d'une chose grave. Ce poisson a sauté, de pierre en pierre, remontant de la rivière au ruisseau, et jusque dans mon simple bassin de source. Et j'ai demandé au Jeannet de le prendre et de vous le porter, Monseigneur.
Devant tout le monde, le comte fit ouvrir la belle truite. Et aussitôt, on vit briller le diamant, et l'or de l'anneau.
- Ma bague, s'écria Mme de Villars, c'est bien elle... Mais comment est-elle venue là ?
- Vous l'aurez perdue, elle sera chue de votre doigt quand nous avons joué avant-hier sur la passerelle, dit le comte froidement.
- Et le bon Dieu n'abandonne pas les innocents, dit l'ermite.
Ainsi la jeune orpheline Per¬nette fut sauvée miraculeusement. Mme de Villars lui fit une dot et le comte Pierre la maria très sagement à un jeune seigneur de sa suite, qui mit une truite dans son blason.


Haut de page