Les contes d'humour

humour


L’acide carbonique

C’était un vendredi soir, le dernier jour que je passais en Amérique,
peu d’heures avant de m’embarquer, car la Touraine partait dans la nuit, à trois heures.
À une table voisine de celle où je dînais, dînaient aussi deux dames,
ou plutôt, comme je l’appris par la suite, deux jeunes filles, dont une vieille.
Ou même, pour être plus précis, une miss et une demoiselle.
La miss était Américaine, jeune et très gentille. La demoiselle était Française,
entre deux âges, et plutôt vilaine.
La miss avait, entre autres charmes, deux grands yeux noirs très à la rigolade.
La demoiselle s’agrémentait de deux drôles de petits yeux tout ronds,
de véritables yeux d’outarde.
Toutes deux parlaient français, la demoiselle très correctement (parbleu ! c’est une institutrice) ;
la miss avec un accent et des tournures de phrases d’un comique ahurissant.
Je prêtai l’oreille...
(Je prête assez volontiers l’oreille, fâcheuse habitude, car, un de ces jours,
on ne me la rendra pas, et je serai bien avancé !)
Ô joie ! Ces deux dames parlaient de la Touraine en termes qui ne laissaient aucun doute...
J’allais les avoir comme compagnes de route.
Toute une semaine à voir, plusieurs fois par jour, les grands yeux noirs très à la rigolade de la petite miss !
Tout de suite, j’espérai qu’on enverrait la vieille outarde au lit, de bonne heure,
alors que, très tard, la petite miss et moi nous dirions des bêtises dans les coins.
Cependant, se poursuivait la conversation des deux dames.
L’outarde était d’avis qu’on allât tout de suite après dîner au paquebot et qu’on se couchât bien tranquillement.
Miss Minnie (car enfin, voilà deux heures que je vous parle de cette jeune fille sans vous la présenter),
miss Minnie disait d’un air résolu :
– Oh ! pas tout de suite, coucher ! Allons faire une petite tour avant embarquer !
– On ne dit pas une petite tour, mais on dit un petit tour.
– Pourtant on dit la tour Eiffel.
– Ce n’est pas la même chose. Dans le sens de monument, tour est du féminin ;
dans le sens de promenade, ce mot est masculin.
Les questions de philologie m’ont toujours passionné, et je crois détenir, en cette partie, quelques records.
– Pardon, mademoiselle, intervins-je, la règle que vous venez de formuler n’est pas sans exception.
Tour, dans le sens du voyage, n’est pas toujours masculin.
Les yeux ronds de l’outarde s’arrondirent encore, interloqués.
– Il est masculin pour tous les pays, sauf le Cantal, le Puy-de-Dôme et la Haute-Loire.
Du coup, ces dames eurent un léger frisson de terreur.
J’étais, sans nul doute, un fou, peut-être furieux, si on le contrariait.
– Parfaitement ! insistai-je. Ainsi, l’on dit le tour de France, le tour du monde, mais on dit la tour d’Auvergne.
Ma compatriote s’effondra de stupeur, mais j’eus la joie de voir que Minnie,
en bonne petite humouriste yankee, s’esclaffait très haut de mon funny joke.
Alors, nous voilà devenus des camarades.
On fit un petit tour dans quelques roof-concerts, on but des consommations exorbitantes
et, finalement, on s’échoua, près du port, dans une espèce de café français,
où une clientèle assez mêlée tirait une tombola au profit d’un artiste.

champagne

Minnie gagna douze bouteilles de champagne, qu’elle n’hésita pas à faire aussitôt diriger sur sa cabine.
Pas plutôt à bord, elle tint à constater la valeur de son breuvage.
Vous me croirez si vous voulez, il était exquis et de grande marque.
(Rien ne m’ôtera de l’idée qu’il ne fût le fruit d’un larcin.)
Comme toutes les Américaines, Minnie adore le champagne, mais pas tant que son institutrice.
La vieille outarde se chargea, à elle seule, de faire un sort aux trois quarts de la bouteille.
Minnie était indignée. Elle me prit à l’écart.
– Est-ce qu’elle va boire toute ma champagne, cette vieux chameau !
Tâchez à lui faire une bonne blague pour qu’elle est dégoûtée de cette liquide.
– Si je réussis, miss, que me donnerez-vous ?
– Je vous embrasserai.
– Quand ?
– Le soir, sur le pont, quand le monde sont en allés coucher.
– Et vous m’embrasserez... bien ?
– Le mieux que je pouverai !
– Mazette ! espérai-je.
Dès le lendemain matin, devant l’institutrice, j’amenai la conversation sur le champagne.
– C’est bon, c’est même très bon ;
mais il y a certains tempéraments auxquels l’usage du champagne peut être nuisible et même mortel.
– Ah ! vraiment ? fit la vieille fille.
– Mais oui. Ainsi, vous, mademoiselle, vous devriez vous méfier du champagne.
Ça vous jouera un mauvais tour, un jour ou l’autre.
– Allons donc !
– Vous verrez... C’est de ça qu’est morte madame Beecher-Stowe.
J’avais mon plan. Une vieille plaisanterie, faite jadis à Chincholle
au cours d’un voyage présidentiel, me revenait en mémoire.
Le docteur Marion, dont je n’hésite pas à mêler le nom à cette plaisanterie
du plus mauvais goût, me fournit une petite quantité d’acide tartrique et de bicarbonate de soude.
À sec, ces deux corps ne réagissent point l’un sur l’autre.
Dissous, ils se décomposent : l’acide tartrique se jette sur la soude avec une brutalité sans exemple,
chassant ce pauvre bougre d’acide carbonique qui se retire avec une vive effervescence,
à l’instar de ces maris trompés qui claquent les portes pour faire voir qu’ils ne sont pas contents.
C’est ce mécontentement bien naturel de l’acide carbonique
que les fabricants d’eau de seltz utilisent pour produire leurs eaux gazeuses.
Où plaçai-je ces deux poudres ?
Ici, il me faudrait employer l’ingénieux stratagème auquel eut recours naguère George Auriol
pour éviter les mots shocking.
Malheureusement, je n’ai pas, comme ce jeune maître, un joli bout de crayon attaché à ma lyre.
La seule ressource me reste donc de la périphrase.
Je plaçai mes produits chimiques au fond d’un vase d’ordre tout intime
à l’usage coutumier de la vieille outarde, et j’attendis.
Le lendemain, je m’amusai beaucoup au récit du docteur.
Dès le matin, elle l’avait fait mander, et, folle de terreur, lui avait raconté son étrange indisposition.
– Ça moussait ! ça moussait ! Et ça faisait pschi, pschi, pschi, pschi.
– N’auriez-vous pas bu des boissons gazeuses, hier ? demanda-t-il.
– Si, du champagne.
– C’est bien cela. Vous ne pouvez pas digérer l’acide carbonique.
Ne buvez plus ni champagne, ni soda, ni rien de gazeux.
Minnie trouva la farce à son goût.
Elle me récompensa en m’embrassant le mieux qu’elle put.
Et quand les Américaines vous embrassent du mieux qu’elles peuvent,
je vous prie de croire qu’on ne s’embête pas.
Et encore j’emploie le mot embrasser pour rester
dans la limite des strictes convenances.

( Alphonse Allais )


Haut de page