Contes et légendes d'Europe

Provenant de Lettonie

contes d'Europe


Les filles d'Adam, le paysan

Les trois filles d'Adam, le paysan, se détestaient comme chien et chat. Nana, la plus jeune, était aussi la plus belle. Eva, la seconde, avait la réputation d'être une méchante gale. Quant à Tschuina, l'aînée, elle était moins mauvaise que ses sœurs. Elle se croyait surtout très rusée. Le père, sentant sa mort approcher, dit à ses filles : « Je vois venir le moment vous devrez vous entendre, toutes les trois. »
A peine le père eut-il fermé les yeux que la belle Nana se rendit au château pour y travailler. La méchante Eva alla s'installer dans une maisonnette au milieu des bois et ordonna à Tschuina de lui apporter chaque jour de l'argent. « Sinon, ajouta-t-elle, gare à toi! » Réfléchissant au moyen de se procurer cet argent, Tschuina trouva, dans la chambre qui servait de débarras, un vieux jeu d'échecs. Les pièces représentaient des figures si grimaçantes qu'elle en eut froid dans le dos. Elle se ressaisit et se dit: « C'est sûrement l'attirail d'une sorcière ; je veux voir si j'arrive à l'utiliser. » - Elle en était
là de ses réflexions quand un animal encorné fit à grand vacarme irruption dans la chambre. « Mais je n'ai pas encore commencé mes sortilèges », balbutia Tschuina.
« Mê.., mê... mê... plus », bêla le bouc du marguillier. « Tiens, c'est toi! » répliqua-t-elle dans un éclat de rire. « Eh bien, allons nous promener de compagnie. » Elle cacha le bouc dans la forêt et,
quand elle vit le sacristain tout affolé qui courait de-ci de-là, et qu'elle l'entendit se plaindre qu'on avait volé son favori, elle lui dit en grand secret: « Pour deux doublons, je puis te ramener ton compagnon. » Et devant le marguillier, muet d'étonnement, elle fit le simulacre d'interroger les pièces du jeu d'échecs. Un instant après, elle murmura : « J'y suis ! Je vais contraindre le voleur à attacher l'animal au bouleau qui est dans la carrière. » Le sacristain retrouva donc son compagnon et, avec force louanges et remerciements, paya le prix convenu. Alors la jeune fille se hâta d'envoyer une partie de l'argent à sa sœur Eva.

les 3 filles du paysan Adam


Peu après Tschuina aperçut, dans un chemin creux, le beau bœuf gras du meunier. Un habitant de la ville, nommé Schlimm, que Tschuina connaissait, se glissa près de l'animal, regarda à gauche et à droite si personne ne le voyait et entraîna sans bruit la bête dans les taillis. Tschuina aurait pu donner l'alarme, mais elle pensa : « Voilà vingt doublons qui tombent dans mon escarcelle. » Bientôt le meunier fit publier dans le village que son bœuf gras lui avait été dérobé. Cette fois-ci, Tschuina exerça ses talents en réfléchissant longuement. Elle comprit que le voleur dépècerait aussitôt l'animal afin de ne pas être attrapé. Tout à coup, elle s'écria: « Gagnez la ville au plus tôt, à cheval. Dans la maison près du pont vous retrouverez votre bœuf. Mais hâtez-vous avant que le malandrin ne l'abatte. » Ils partirent aussitôt en troupe et arrivèrent au moment où le voleur aiguisait son couteau. Ils le lui arrachèrent des mains, allèrent chercher les sergents et
ramenèrent le bœuf en triomphe à la maison. Tschuina apporta à sa méchante sœur un doublon, mais elle lui dit : « C'est là le dernier que je te donne. Si tu en exiges davantage, je te transformerai en une corneille qui criera: krâ... krà...krâ... »
La réputation de sorcellerie de Tschuina parvint au château. Le bailli dit : « Nous allons mettre cette fille à l'épreuve. Harnachez les chevaux et allez lui annoncer que mes couverts d'argent ont disparu. Elle doit pouvoir désigner celui qui les a dérobés. » Tschuina fut atterrée, mais le cocher la souleva, la porta dans la voiture et l'emmena au château. Dans la grande salle. le bailli fit servir à chaque convive une perdrix dans un plat couvert, mais à Tschuina un crapaud rôti. Car il voulait se rendre compte si elle avait le don de voir à travers les plats. Toute confuse de se trouver en si brillante compagnie, Tschuina baissa les yeux et soupira: « Oh! moi, pauvre crapaud! » A l'ouïe de ces paroles, le bailli se tourna, étonné, vers ses hôtes: « En vérité, elle a deviné la supercherie; elle retrouvera sûrement mes couverts d'argent. »

Nana laissa échapper le plat


Tschuina s'agitait sur sa chaise, cherchant des yeux Nana qui faisait partie de la domesticité et qui pourrait peut-être lui venir en aide. Sur un signe du bailli, Nana apporta à sa sœur une vraie perdrix. Comme la jeune fille tendait ses mains blanches pour enlever le crapaud, Tschuina lui dit, sans penser à mal: « Oh! sœurette, que tu as les doigts longs!» Nana poussa un cri et laissa échapper ce qu'elle tenait. L'affreux crapaud rôti frôla presque le visage du bailli. Nana avait en effet volé des couverts d'argent, à tout le moins quelques cuillers et fourchettes, et elle ne douta pas un instant que sa sœur n'eût découvert ce larcin. Pâle et tremblante, Nana demanda grâce, mais le bailli répliqua : « Oh! je n’ai voulu que plaisanter; je ne savais même pas qu'on m'avait dérobé quelque objet. Mais voler, c'est voler. Qu'on l'enferme aussitôt ! » Il considéra ensuite sévèrement Tschuina et lui dit: « Tu n'as pas non plus la conscience tranquille, c'est pourquoi tu iras rejoindre ta sœur. Mais, ajouta-t-il ironiquement, comme tu es sorcière, je te permets de t'enfuir par le trou de la serrure... »
Le même soir, le geôlier amena aussi la méchante Eva. Dans la crainte que sa sœur Tschuina ne la transforme en corneille, elle s'était emparée du jeu d'échecs et avait voulu, elle aussi, jouer à la sorcière. Mais, en se démenant, elle s'approcha trop de la chandelle et son tablier prit feu. Elle appela au secours et l'on découvrit alors qu'elle essayait des sortilèges.
C'est ainsi que les trois filles d'Adam, le paysan, vécurent en paix durant quatre semaines, jusqu'au jour où le compatissant bailli les relâcha. Le châtiment les avait assagies, dit-on. Elles rentrèrent à la maison et travaillèrent dans la concorde, sans plus se regarder comme chien et chat.

Haut de page